doggy bag en france

Le doggybag est surtout utilisé dans les restaurants italiens ou asiatiques, qui proposent du sur place et de la vente à emporter. Toutefois cette pratique reste très américanisée voire britannisée. En France, elle a du mal à trouver sa place. Berrnard Boutboul, directeur général du cabinet spécialisé Gira Conseil, l’explique notamment par une différence de culture. Pour lui, les français on une certaine gêne à demander pour emporter leurs restes. De plus, ces derniers gardent en tête une vieille habitude française ; celle de toujours finir son assiette.

Cette réticence peut également s’expliquer en termes de chiffres. Les Français gaspillent beaucoup moins que leurs voisins européens. Un Français jette 20 kilos de nourriture par an (dont 13 kilos de restes de repas), soit 3 fois moins qu’un anglais qui en jette 60 kilos par an.

De plus, 5% des Français trouvent cette solution peu hygiénique. Il y a un risque de mauvais conditionnement des aliments, voire d’intoxication alimentaire. Certains restaurateurs ont effectivement peur d’être responsables dans le cas où un de leurs clients ramène un de ses plats chez lui, qui ne se soit pas conservé.

Et concernant la loi du 1er janvier 2016, elle dit quoi ?

Le 1er janvier 2016, le Plan anti-gaspillage alimentaire et la loi sur les bio-déchets obligent les restaurateurs produisant plus de 10 tonnes de bio-déchets par an, soit environ 150 à 200 couverts/jour, à trier leurs déchets.

Cette obligation est issue de la mise en application du dernier seuil de la loi sur les bio-déchets (déchets liés à la préparation des plats, restes des plats servis, aliments périmés…), votée en 2011. Aucune obligation de proposer un doggybag n’existe donc comme l’a rappelé l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie (Umih). Il s’agit d’une recommandation qui peut être une solution pour lutter contre le gaspillage alimentaire.

Dernièrement, et pour lutter contre le gaspillage alimentaire, la Ville de Paris et les restaurateurs affiliés au Synhorcat (syndicat des cafetiers, hôteliers, restaurateurs) ont lancé l’opération « la box anti-gaspi » pour permettre à leurs clients d’emporter les restes. 75 % des habitants d’Ile-de-France se disent prêts à l’utiliser. La région parisienne semble donc en voie de se familiariser avec cette nouvelle solution, reste à voire si le reste de la France va se laisser convaincre par le concept du doggybag.

La loi sur le doggybag : Quand est-il vraiment en 2016 ?

Post navigation


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *